ACTUALITÉS ECONOMIQUES ET FINANCIÈRES

Comment le Big Data va révolutionner l'assurance

07 octobre 2017

Comment le Big Data va révolutionner l'assurance

ECONOMIE Les objets connectés collectent une foule d'informations sur notre vie quotidienne. S'ils arrivent à faire parler ces données, les assureurs disposeront d'un outil d'une puissance incommensurable.

 

Prenons un exemple

Vous monter dans votre voiture, 10 minutes plus tard, vous vous garez devant chez vous après avoir enfreint les limitations de vitesse à deux endroits, donné trois coups de freins un peu brusques et accéléré brutalement à huit reprises, comme l'atteste le capteur installé dans votre véhicule. Vous n'y prêtez plus forcément attention, mais ces données ne sont pas perdues pour tout le monde. Pas plus que les innombrables traces laissées lorsque l'on surfe sur Internet et sur les réseaux sociaux.


Et ce scénario n'est pas digne du future, ce type de "capteur" est actuellement testé par plusieurs assureurs. Car pour les assureurs, c'est une aubaine. Avec cette masse de données à haute valeur ajoutée pour eux, ils vont pouvoir connaître de mieux en mieux, et en temps réel, le comportement de chacun d'entre nous.



La version tout est beau prôné par les assureurs

A l'évidence, ils auront là un formidable moyen de lutter contre la fraude grâce à la détection de « signaux faibles ». Sur un plan commercial, ils pourront s'en servir pour devancer la résiliation d'un contrat ou un besoin nouveau. Ou, bien sûr, pour affiner au plus près leurs garanties et leurs prix. Comme le souligne Stéphane Dedeyan, directeur général délégué de Generali France, « cela va repousser les limites de la segmentation : on va regarder le monde sous un angle de vue totalement différent et donc pouvoir cibler la souscription sur des segments de population nouveaux.Nous allons aller vers une assurance plus personnalisée ».


En pratique...

Déjà, il serait très étonnant que les tarifs des "bons conducteurs" baissent, il n'y aura donc pas de réel gain pour les clients. De plus, cela permettrait aux assureurs de trouver plus de parade afin de ne pas verser de prestation. En effet, aujourd'hui rare sont les conducteurs qui respectent 100% des contrats d'assurance (nombre de kilomètre, conducteurs secondaires, distance domicile travail...).


Un réel danger donc qui risque de porter préjudice aux usagers.

ISF : ce qu'il faut retenir des annonces d'Edouard Philippe Catalogne : les banques font leurs cartons

Copyright ©2018 MINUTE LYON   |   Contactez-nous   |   Tout savoir sur MINUTE LYON  |   Mentions légales   |   Conditions générales de vente  |   Services