ACTUALITÉS ECONOMIQUES ET FINANCIÈRES

Rémy Weber : " La Banque Postale sera la dernière banque du cash "

16 novembre 2017

Rémy Weber : " La Banque Postale sera la dernière banque du cash "

FINANCE Après onze années d’existence, La Banque Postale à laquelle l’État confie une mission d’intérêt public d’accessibilité bancaire, dit avoir trouvé sa place dans le paysage bancaire français.

La Banque Postale doit assumer des obligations en matière de service public, comment, dans ce cas peut-on être une banque comme les autres ?

Rémy Weber : Nous sommes une banque qui ne sera jamais comme toutes les autres, c’est une évidence. D’abord parce que nous sommes la banque de tous. C’est notre feuille de route, celle qui a vu notre création il y a onze ans. Aujourd’hui nous comptons 11 millions de comptes actifs et réalisons plus d’1 milliard d’euros de résultat avant impôt, et ce depuis 2014.

 


Que répondez vous aux concurrents qui disent que vous n’êtes pas une banque ?

Moi je préfère avancer plutôt que perdre du temps à critiquer les concurrents… Nous sommes une vraie banque de détail qui propose l’essentiel des services aux particuliers, aux collectivités et aux entreprises. Nous préférons les services qui apportent à nos clients plutôt que de nous développer à l’international, ou d’être présents sur les marchés spéculatifs.

"Alors oui, nous serions sans doute plus rentables si nous avions moins de guichets distribuant du cash, mais il suffit d’être dans un des 9 000 bureaux de poste le 10 du mois, au moment ou les allocations sont versées, pour comprendre qu’une partie de notre clientèle, celle qui intéresse moins nos concurrents, a besoin de ce service. Cette partie là a besoin d’une interaction humaine, elle doit être guidée. Pour ces raisons là, je fais le pari que nous serons la dernière banque du cash pour une population qui n’a pas accès au numérique."

 


Et donc la digitalisation qui secoue les autres banques, ce n’est pas pour la Banque Postale ?

Si, mais il ne faut juste pas faire n’importe quoi. Nous devons digitaliser notre offre sans négliger celles et ceux qui sont loin de l’univers numérique. Dans le cadre des " assises d’une banque citoyenne " nous avons créé un outil de diagnostic d’inclusion numérique. Il en ressort que 50 % de nos clients se débrouillent bien avec les outils numériques, les smartphones, internet… 20 % ne sont pas loin d’être autonomes vis à vis des outils numériques. Mais 30 % de nos clients sont totalement étrangers à l’univers numérique !


 

À quoi sert la Caisse des dépôts ? À Monaco, l’immobilier pèse plus que la finance

Copyright ©2017 MINUTE LYON   |   Contactez-nous   |   Tout savoir sur MINUTE LYON  |   Mentions légales   |   Conditions générales de vente  |   Services