ACTUALITÉS ECONOMIQUES ET FINANCIÈRES

Tous les facteurs d'une nouvelle crise financière sont réunis

31 juillet 2018

Tous les facteurs d'une nouvelle crise financière sont réunis

FINANCE Aujourd’hui, dix ans après l'une des plus grande crise que le monde a jamais connue, les indices boursiers crèvent à nouveau les plafonds.

 

Au états-Unis, la bulle est prête a exploser

Le Dow Jones, qui a effacé la crise dès 2013, est à son record à plus de 21.000 points, soit 50% plus haut qu’en 2007! Les investisseurs sont stimulés par la dérégulation promise par Donald Trump, et veulent profiter de l’aubaine des taux bas.


Pourtant, à la Réserve fédérale, l’actuel vice-président Stanley Fisher ne cesse de mettre en garde contre les risques encourus en cas d’assouplissement de la réglementation bancaire. Même Janet Yellen, la présidente de l'institution, se présente sur la même ligne, semblant défier le président américain alors que sa reconduction à la tête de la Réserve fédérale est en jeu, constate Le Monde. Et les indicateurs se multiplient qui devraient inciter à la prudence. En outre, la politique des taux bas génère sur les marchés une abondance de liquidités qui peut engendrer la formation de nouvelles bulles spéculatives susceptibles de déclencher une nouvelle crise.

 


Et comme il y en a pour tout le monde, la France et l'Europe aussi...

Les banques multiplient les crédits à des fonds d’investissement qui s’endettent de plus en plus pour racheter des entreprises, révèlent Les Échos. La France ne fait pas exception, avec une dette privée qui augmente. Or, c’est aussi la dette privée qui avait été à l’origine de la crise de 2007. Même si la bulle n’est pas aussi grosse, gare au retour de l’exubérance!

En attendant, les investisseurs se frottent les mains. Les entreprises sont généreuses envers leurs actionnaires, globalement dans le monde entier mais notamment en Europe, et même en France où pourtant les effets de la crise ne sont toujours pas dissipés au bout de dix ans. Mais la bourse obéit à des logiques qui échappent parfois à l’économie…

 


Certaines banques en difficultés

Après les risques encourus par la Deutsche Bank à cause de son implication dans la crise des subprimes et de l’amende infligée par les autorités américaines (finalement «limitée» à 7 milliards d’euros), on peut effectivement se demander si le secteur bancaire a tiré toutes les conclusions de la crise de 2007. Car, la première banque allemande est en fait si fragile qu’une défaillance était à craindre, faisant alors courir un risque systémique à l’ensemble du secteur bancaire allemand et européen.


Et ce n’est pas le seul dossier épineux en Europe. L’État italien a décidé d’injecter 17 milliards d’euros dans le sauvetage de deux banques vénitiennes, Popolare di Vicenza et Veneto Banca. En Espagne, Banco Popular a été rayée de la carte après avoir été reprise pour un euro symbolique par la banque Santander. On peut donc s’interroger...

L'ambition mondiale de Lyon French Tech Finance post-brexit : Les banques britannique déménagent

Copyright ©2018 MINUTE LYON   |    Tous droits réservés, toute reproduction interdite.